FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
Banner 2020-2021 – 1
Banner 2020-2021 – 2
Société

Viol sur une mineure : le verdict rendu à l’absence des avocats !

Prévu pour mardi 18 juin, le verdict du procès sur l’affaire « complicité de viol sur une mineure de treize ans » a été rendu public la veille dans la soirée en l’absence des avocats et des proches de la victime. Parmi les sept présumés auteurs du viol, deux seulement ont été condamnés, l’un pénalement, et l’autre pour rééducation auprès de ses géniteurs à qui il a été rendu. Les deux condamnés doivent payer dix mille dollars US in solidum pour dommage et réparation.

Pour rappel, les faits se sont produits le 17 mai 2019 au cours d’une fête d’anniversaire organisée par les élèves du collège Révérend Kim, dans un appartement loué à 1.500 dollars, au centre-ville de Kinshasa à Gombe. Dans la foulée, ces jeunes garçons dont l’âge varie entre 15 et 17 ans, ont abusé d’une mineure de 13 ans qui, selon les aveux de certains d’entre eux, refusait de céder aux avances d’un de leurs. Ils réussiront leur sale coup après avoir drogué leur victime. Celle-ci a eu la vie sauve grâce à l’appel lancé par une élève présente sur les lieux du crime à sa sœur restée à la maison.

Selon le collectif des avocats de la victime, le verdict rendu par le tribunal est tout sauf un jugement. Car la loi portant protection de l’enfant, en son article 171b stipule que tout objet introduit dans l’orifice de l’enfant constitue un viol, et par conséquent, les cinq jeunes garçons relaxés qui ont témoigné s’être adonnés à des pratiques perverses sur la victime (doigtée, fellation etc) doivent être sanctionnés. Le rapport du médecin légiste est venu confirmer les allégations d’abus sexuels réconfortant ainsi les propos de la victime elle-même. A en croire la famille de la victime, celle-ci est traumatisée après avoir pris connaissance du verdict rendu. Et puisqu’elle a déjà tenté de se suicider à deux reprises, la prise en charge d’un psychologue est donc nécessaire.

Marie José Ifoku, candidate à l’élection présidentielle, présente au lieu du tribunal, lance un appel aux mamans ainsi qu’à toute la population à réagir afin que la justice soit rendue de manière équitable. Elève en 3ème année littéraire au Collège Révérend Kim, la pauvre fille s’est faite renvoyée de l’école pendant que ses bourreaux ont passé leurs examens de fin d’année en toute quiétude.

L'auteur

journaliste reporter depuis 2007

Votre avis sur cet article