FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
EQUITY – BANQUE_DIGITAL
Portrait

Tshoma Numbe Gracia, candidate potentielle du FIFEF

Le bureau national du Forum International des Femmes de l’espace Francophone (FIFEF) a soumis à sa coordination internationale, à l’issue d’un vote, trois noms des femmes candidates au bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Une de ces femmes va, au nom de la société civile, la représenter dans cette institution d’appui à la démocratie. Parmi elles se trouve Madame Tshoma Numbe Gracia, une dame au potentiel énorme avec une expérience avérée comme en témoigne son énorme parcours. Du haut de ses trente quatre ans, cette native de Lubumbashi se distingue par ses titres académiques qui commandent le respect et forcent l’admiration sur sa personne. Depuis octobre 2008, elle est licenciée en Droit option de Droit privé et Judiciaire, diplôme acquis à l’Université de Lubumbashi et, en avril 2015, elle a obtenu son Master en Droit International de Droit option de Droit p de l’Homme à l’Université de Pretoria en République Sud-africaine. Comme si cela ne suffisait pas, elle a ajouté à son palmarès déjà si riche d’un autre diplôme de licence spéciale en Droit option Droit public.
Au plan professionnel, depuis Août 2009,elle preste au barreau son cursus est tout aussi florissant. Depuis janvier 2020, elle preste au Barreau de Lubumbashi et fait partie de l’Ordre National des Avocats/Barreau du Haut-Katanga à Lubumbashi. Elle est également passée dans les rouages de l’enseignement supérieur et universitaire comme en témoigne son statut de Cheffe des travaux à la faculté de Droit à l’Université de Lubumbashi. L’on retrouve également ses empreintes dans des Ongs telle qu’Espoir pour enfants placée sous sa coordination.
Toujours encline à apprendre et à aiguiller son intellect lorsque l’occasion se présente, Mme Tshoma Gracia est partout où l’on parle et discute sciences. Elle accumule des participations aux ateliers et autres séminaires. Le plus récent est sans doute celui relatif à la « formation sur l’aide juridique aux indigents et le rôle de l’avocat », séminaire qui s’est tenu en octobre 2010 au barreau de Lubumbashi où elle eu à prendre une part active. L’immensité de sa formation professionnelle qui couvre des domaines très diversifiés procède également d’une riche formation professionnelle soutenue par une participation accrue aux nombreux ateliers de renforcement des capacités. Citons, au passage, la formation sur les ressources naturelles et les droits humains, séminaire tenu à Lubumbashi en août 2010 avec le concours de Rights & Accountability in Development (RAID) et d’autres partenaires.
Pour couronner ce cursus titanesque digne d’une femme de poigne, Madame Tshoma Numbe est lauréate du Prix organisé récemment par Ipeace et le Comité pour le concours Grands Lacs à Kigali au Rwanda. Il s’est agit d’un concours de plaidoirie pour étudiants en Droit International Humanitaire et Droits Humains sur la protection des victimes des crimes commis en période de conflit armés dans la région des Grands Lacs : Enjeux, défis et perspectives.
Cerise sur le gâteau, cette femme exceptionnelle est auteure de plusieurs articles à caractère thématique tels que « Liberté d’expression en République Démocratique du Congo », ou encore, « De la responsabilité pénale du professionnel médical et paramédical en droit congolais ».
Femme pieuse qui craint Dieu, elle est vice-coordonnatrice du groupe des lecteurs de la parole de Dieu pendant les messes, et membre du service de nettoyage de la Chapelle « Reine du Monde », une paroisse de la Cathédrale Saint Pierre et Paul à Lubumbashi.
Pour tout dire, cette chevronnée des prétoires, de surcroît épouse et mère, est une chance pour la République. Qui dit mieux ?

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

2 Commentaires

  1. JÉSUS LÉONCE LOUZOLO-MBOUILOU Répondre

    J’apprécie le contenu. Le fond; la description de la personne objet de l’article est, me semble t-il, exhaustive.

    Mais si je puis me permettre quelques observations peuvent être faites sur le plan de la forme.

    1/”Tshoma Numbe Gracia, une dame au potentiel énorme avec une expérience avérée comme en témoigne son énorme parcours.”
    J’aurais dit “…en témoigne son important parcours” pour éviter l’emploi répété dans la même phrase du mot “énorme”

    2/”qui commandent le respect et forcent l’admiration sur sa personne.”
    Je me serais arrêté à “….forcent l’admiration” puisqu’on sait tous que c’est de sa personne que nous parlons.

    3/”Comme si cela ne suffisait pas, elle a ajouté à son palmarès déjà ….”
    J’aurais préféré le mot “cursus” à “parcours”.

    Liste d’observations non exhaustive.

    Merci.

    • bonjour
      au travers de cet article nous présentons la candidature pour une élection au niveau de la ceni, il faudra bien vendre limage de la dame pour être élu

Votre avis sur cet article