FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
Actualité

Sylvestre Saidi Nyota, le parcours réussi d’une femme battante

Chargée des finances à l’Union congolaise des femmes des medias (Ucofem),  membre influente à Freedom for journalist (FFJ), journaliste professionnelle et collaboratrice dans plusieurs médias de la capitale, Sylvestre Saidi Nyota a tiré sa révérence depuis le mardi dernier. Ancienne de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication, Mme Sylvestre fut non seulement active à l’Ucofem, mais aussi, au CSAC, au ministère de la santé ainsi que dans plusieurs associations.

Journaliste de formation et infatigable formatrice, la vie de Saidi Nyota, d’après ses proches, peut être décrypté en ces termes : « le parcours réussi d’une femme battante ». Les témoignages des membres de l’Ucofem ainsi que de quelques proches, illustrent les années d’existence de cette chevronnée des médias. Des témoignages qui en disent long dur sa personnalité. En voici quelques extraits :  

Elle a été de tous les combats pour les droits de femmes journalistes de la RDC et pour les droits civils et politiques des journalistes de manière plus large.

 Tu as été pour beaucoup dans nos combats. En ton absence, nous restons combattre pour une presse libre.

Sylvestre fut mieux qu’une simple collègue, elle savait créer un climat de confiance digne d’une vraie famille autour d’elle. Pour plusieurs à l’Ucofem, elle a été une mère et une grande sœur.

C’était une maman non seulement pour ses enfants, mais aussi, pour nous tous  qui étions avec elle au bureau. On pouvait se confier à elle sans hésitation car elle avait un cœur très ouvert. J’ai perdu une maman.

L’illustre disparue incarnait le symbole d’une femme battante et travailleuse. Activiste des droits des femmes et de l’enfant, elle était une bonne sœur, toujours souriante même quand les choses semblaient ne pas marcher.

Sylvestre Saidi avait un sens élevé de dévouement, capable d’apaiser les cœurs tourmentés de ses sœurs.

Sylvestre a accompli sa mission. Je garde d’elle le souvenir d’une femme battante d’autant plus que, veuve depuis seize ans, elle a travaillé pour conduire ses enfants vers un avenir meilleur.

L'auteur

journaliste reporter depuis 2007

Votre avis sur cet article