FDA Magazine
Éducation

Rodérick Victor Nyangi Ntsiama prône la culture des valeurs positives en milieu scolaire

Rodérick Victor Nyangi Ntsiama, Directeur du cabinet du ministère de la Jeunesse, de la Cohésion nationale et d’Initiation à la nouvelle citoyenneté, appelle les élèves à la culture des valeurs positives. Il l’a dit lors d’une campagne de sensibilisation des valeurs et de prévention contre la corruption, le lundi 25 avril 2022 au lycée Toyokana à Kinshasa. A l’occasion de la deuxième journée de cette campagne, le Dircab Rodérick Victor Nyangi a, dans son intervention, présenté le danger de la corruption que les populations font face, les biens fondés sur la culture des valeurs pour la jeunesse et, enfin, le choix de dénoncer les maux qui tuent la société.
 » Nous, jeunes d’aujourd’hui, si nous prenons l’engagement de lutter contre la corruption, nous pouvons changer les choses, nous pouvons sauver notre pays », a-t-il souligné.
Et de marteler: « ce n’est pas une affaire des politiques ou des autorités seulement mais également de nous tous ».

Un pas vers le changement

Pour Rodérick Victor Nyangi, cette sensibilisation constitue un éveil de la conscience juvénile, surtout auprès des élèves. « Il y a des élèves qui sont victimes de cette corruption au sein de leurs établissements, soit ils ne connaissent pas leurs droits, soit parce qu’ils ont un corps professoral ou des autorités qui laissent faire les choses et qu’à partir du moment où nous sensibilisons les élèves à savoir dire non à la corruption, à dénoncer ces pratiques négatives, nous les sauvons quelque part. C’est-à-dire ils quittent d’être victimes pour devenir des acteurs (triceps) du changement », a expliqué le Dircab Nyangi.
Le débat sur la sensibilisation des valeurs et de prévention contre la corruption amène les élèves dans un élan de confort à l’abris du danger. « La sensibilisation que nous faisons, reprenne toutes les couches de la population y compris les élèves. C’est pour leur faire voir le danger sur ces habitudes liées à la corruption.

Tout cela fait partie de notre politique », a indiqué l’orateur, estimant que pour atteindre les résultats escomptés face à la corruption, à part la sensibilisation, il y a aussi d’autres alternatives que le gouvernement entreprend ou propose dans sa lutte. « Au-delà de la sensibilisation, nous avons d’autres mécanismes comme le fait d’initier certaines lois qui vont également dans le sens de la répression. Il faudrait qu’il aie également le bâton derrière pour ceux qui ne voudraient pas se soumettre aux normes, aux lois de la République telles qu’édictées par les règlements. Et nous en tant que ministère, nous sommes en train de travailler là-dessus », a-t-il expliqué. Et de conclure: « nous continuerons à sensibiliser la jeunesse congolaise, soit la société dans son ensemble sur le civisme, à aimer son pays; sur la culture des valeurs positives notamment l’intégrité ».
Satisfait, le Dircab Rodérick Victor Nyangi s’est enfin exprimé en ces termes: « Les élèves ont été réceptives et elles se sont engagées à devenir des bonnes citoyennes, de mettre en œuvre des pratiques liées à l’intégrité pour qu’elles soient finalement des actrices de changement et qu’elles les commencent à les cultiver en elles-memes, dans leur environnement, à l’école et au niveau de la famille pour que la République démocratique du Congo puisse compter sur ces citoyens intègres qui vont faire en sorte que le pays se développe de manière correcte ».

Victoria Ndaka

L'auteur

Votre avis sur cet article