FDA Magazine
Politique

Représentation des femmes aux instances décisionnelles : Le Quota de 50 % respecté en Guinée Bissau

Prenant part aux assises qui se sont tenues dernièrement à Kinshasa sur la Journée internationale de la femme africaine, la ministre de l’administration Publique et de la modernité de l’Etat de la Guinée Bissau, Mme Djau Balde Fatoumata, a déclaré dans son allocution au salon rouge des Affaires étrangères, que son pays, la Guinée Bissau, a atteint le quota de 50% des femmes dans les instances de prises de décision. Aujourd’hui, le gouvernement guinéen compte 16 ministres dont 8 femmes et 8 hommes. Apres les élections, a-t-elle poursuivie, 14% des femmes font partie du Parlement guinéen, or la loi a prévu un quota de 36 % de représentativité de la gent féminine aux instances de prises de décision. Cette disposition légale n’a malheureusement pas été respectée aux élections du 10 mars dernier.

Poursuivant son allocution, la ministre de l’administration publique et de la modernisation de l’Etat a  déclaré que le combat de la femme en Guinée Bissau a commencé avant l’Indépendance. Cela s’explique par le fait que durant l’époque coloniale, les colonisateurs portugais ont décidé de bombarder l’île qui abritait les forces armées guinéennes pendant 68 jours et 68 nuits.

Pour sauver les vies de leurs  maris et mettre fin à la guerre, les femmes guinéennes ramassaient les cartouches et les mettaient dans leurs cruches pour montrer au colonialiste qu’elles voulaient la paix. Cette action jugée noble et très courageuse au sein de la communauté guinéenne, a poussé les femmes à se retrouver dans la sphère du pouvoir, à accéder dans les instances de prises de décision.

Bien que le poids de la religion, des us et coutumes, tend à la ramener dans un seuil toujours plus bas, la femme guinéenne milite toujours pour son épanouissement et sur auto-prise en charge, a ajouté Mme Djau Balde Fatoumata. Aujourd’hui, un cadre de concertation a été mis en place pour combattre toute discrimination qui bloque l’émancipation de la femme, a-t-elle conclu.

Il sied de rappeler de Mme Djau Balde Fatoumata fut trois fois ministre, à savoir, ministre des affaires étrangères, ministre du Genre, famille et enfant, et ministre du tourisme. Actuellement, elle est ministre de l’administration publique et de la modernisation de l’Etat.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article