FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
Société

Noël à Kinshasa : Les jouets qui font parler d’eux

Pendant les fêtes de Noël, chaque parents cherchent toujours rendre heureux ses enfants en offrant des cadeaux. Une attitude adoptée aussi à Kinshasa en République démocratique du Congo. À la rencontre des familles, des catalogues des jouets et des rayons des magasins dans la capitale congolaise, très souvent restent formels et spécifiques. La plupart des jouets qu’ils proposent ont des aspirations orientées vers une catégorie très différentes. Jouets pour filles, Jouets pour garçons. Pourquoi ce choix ? Une enquête inclusive dans les grandes artères de Kinshasa.

Des belles stress bien maquiller par des robes de fées et de princesses à la couleur blanche, rose ou violette, poupée accrochée à la main droite et des ustensiles de ménage à l’autre main gauche…Moto, robot, vaisseau spatial, voiture, mécano, police et armée, les enfants accompagnés avec leurs parents défilent sur les rues de la capitale congolaise. C’est Noël, enthousiasment-ils au refreint festif dans une ambiance bourdonnante. Deux caricatures de type des jouets. À Kinshasa comme tout ailleurs, les parents offrent à leurs enfants des cadeaux de Noël. Un choix que certaines personnes qualifierait de stéréotype et sexiste. C’est le cas d’une mère et enseignante en balade avec ses trois garçons. Selon elle : ” l’égalité commence par les jouets. Ces choix et rôles que notre société nous propose sont stéréotypés et très rare vont à l’avantage des filles. Ces dernières sont invitées à s’occuper de la maison, à pouponner, à rêver au prince charmant et à se préparer à lui plaire en soignant l’apparence“.

Et poursuit-elle : ” Les garçons sont incités à se projeter dans le monde extérieur, l’action, l’aventure, la compétition… Je serai, lorsque je questionne mes fils, un Super héros, le plus fort, j’aurais des supers pouvoirs. Et puis parfois je voyagerai dans l’espace“. Non loin de la dame enseignante, un passant réplique…(rires):” Pourquoi pas que nos garçons disent lorsqu’ils jouent quand je serai grand je serai papa“.

Autre son de cloche au quartier Matonge sur la Place Victoire à Kinshasa, une maman commerçante retrouvée sur le lieu contre argumente : ” Je ne souhaiterai pas à mon fils une poupée comme cadeau de Noël. Moins que ça soit une poupée garçon.Si non je risque que mon enfant devient un gai plus tard. Le débat serait plutôt de proposer une autre alternative à savoir de les offrir fille comme garçon des jouets liés à la science, la technologie, l’ingénierie, les mathématiques, orientés vers la préservation de l’environnement… Pourquoi pas une mère Noëlle“.

Avatar
L'auteur

Votre avis sur cet article