FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
EQUITY – BANQUE_DIGITAL
Actualité

Ministère du Genre : Béatrice Lomeya condamne les actes barbares commis sur élèves finalistes

Depuis quelques temps, l’insécurité a repris ses droits à l’Est de la République où la population est désormais livrée à la merci des groupes armés et des personnes sans foi, ni loi. C’est dans ce contexte délétère que les élèves-finalistes des cycles primaire et secondaire sont appelés à passer leurs épreuves de Tenafep pour les uns et les préliminaires des examens d’Etat pour les autres. Ce que l’on craignait est vite arrivé. Ces épreuves ont malheureusement été hypothéqués à la suite de l’attaque dont été victimes les élèves de la part d’une bande armée dans leur lieu d’hébergement, juste à la veille des examens. 

Face à la tragédie qui a frappé ces élèves finalistes du primaire et du secondaire dans l’Est de la RDC, la ministre d’État, ministre de Genre, famille et enfant, Béatrice Lomeya Atilite, est montée au créneau pour condamner ces actes barbares qui ont visé les enfants sur leur chemin de l’école.

Pour la patronne de Genre, famille et enfant, il faudra que les auteurs soient sévèrement punis.

« Pour honorer la mémoire de ces pauvres enfants, justice  doit être faite. Il faut que les enquêtes déterminent les responsabilités et que les bourreaux soient punis conformément à la loi »

a-t-elle déclaré.

Béatrice Lomeya a aussi condamné les attaques dont ont été victimes les jeunes filles finalistes du secondaire à Isiro, tout en invitant la justice à se saisir aussi de cette affaire. Dans la même optique, elle a rappelé qu’elle déplore le cas de viol enregistré sur des élèves finalistes du secondaire à Isiro. Elle insiste sur le fait que la justice doit passer par là pour que les potentiels bourreaux soient découragés et les auteurs reconnus soient punis. Il sied de rappeler que diverses personnalités ont dénoncé ces crimes odieux.

Ce énième cas de viol ternit l’image de la RDC, déjà mal cotée en termes de respect des droits fondamentaux de l’homme, sur le  plan international avec une incidence négative sur les investissements. La jeune-fille est malheureusement la principale cible dans cet environnement vicié où les concepts « Genre » et « parité » passent encore pour des simples vues de l’esprit. D’où le sens du combat mené par la ministre Béatrice Lomeya Atilite qui entend assurer la protection de la gent féminine et lui donner les armes nécessaires pour mieux se défendre contre ces velléités nuisibles en faisant valoir ses droits tout en revendiquant sa place dans la société.    

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article