FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
Entrepreneuriat

Liliane Yuka, une passionnée de la peinture

Elle fait partie de ces femmes décomplexées, toujours prêtes à relever le défi par la qualité de leur travail. Congolaise d’origine, Liliane Yuka trône, depuis quatre ans, à la tête de la société LYLY PAINT dont l’atelier est basé à Kinshasa.

Chimiste de formation, elle a fait ses premières expériences au laboratoire Gama color, une entreprise allemande associée aux Congolais qui fit faillite. Loin d’être abattue, elle décidera de monter son propre atelier de peinture en 1989. Forte de ses trente ans d’expérience dans la fabrication de peinture, elle a fini par développer une touche particulière jusqu’à maîtriser parfaitement les différentes formules de solution adaptées en fonction des usages (bâtiments, sols, piscines et autres). En tant que Directrice-Générale, elle s’évertue à donner le meilleur d’elle-même pour rendre son atelier encore plus efficace dans sa spécialité en veillant notamment au maintien de la paix sociale au sein de son entreprise.

Liliane Yuka consacre beaucoup de temps à son atelier, mais cela ne l’empêche pas, en tant que mère de famille, de s’occuper de son  foyer. « Je prends toutes les dispositions nécessaires pour encadrer mes cinq enfants qui sont tous à l’Université et m’occuper de mon mari », se confie-t-elle.

Des perspectives

La société LYLY PAINT produit des quantités importantes de peinture. La production qui se fait selon la demande du client, peut atteindre jusqu’à 80 tonnes de mastic, voire 15 à 20 tonnes de peinture. Les grandes entreprises et banques privées de la place comptent parmi ses gros clients.  Elle compte élargir sa société, la faire rayonner sur le plan international et résorber, tant soit peu, le chômage des jeunes. « J’envisage aussi d’ouvrir un grand centre de formation pour aider la femme et la jeune-fille à se rendre utiles dans la société », dit-elle. Autant des projets dont la matérialisation nécessite beaucoup des moyens. D’où son plaidoyer pour le financement, par l’Etat, de l’entreprenariat local. « Partout où elle se trouve, la femme peut faire quelque chose ». Tel est le crédo de cette dame d’exception dont la carrière se veut une source d’inspiration et de motivation supplémentaire pour les jeunes-filles appelées à s’affranchir du carcan de l’immobilisme pour stimuler leurs talents.    

Avatar
L'auteur

Votre avis sur cet article