FDA Magazine
Espace Tendresse

Les bienfaits du sexe et de l’amour

Il suffit d’un baiser pour observer les effets bénéfiques de l’amour sur les anticorps, gardiens de notre système immunitaire, ces effets apparaissent dès que deux amants se regardent dans les yeux ! « Chez les personnes ayant des relations sexuelles au moins une fois par semaine, les taux d’anticorps sont supérieurs de 30 % et l’inflammation dans le sang s’abaisse ». Par ailleurs, la sexualité, comme toute activité physique, favorise un cœur d’athlète : la sécrétion d’adrénaline agit sur le système cardio-vasculaire en augmentant le taux de glucose dans le sang, la pression artérielle et le rythme cardiaque Conseil d’un sexologue.

Lorsqu’un couple se tient la main, leurs rythmes cardiaques et respiratoires se synchronisent et la douleur diminue ; … fort utile ! Les effets anxiolytiques, anti-hypertenseurs et antalgiques du sexe et de l’amour sont déjà prouvés : « Ils réduisent globalement le stress par l’action de l’ocytocine, de la dopamine et des endorphines »,. L’ocytocine, dite hormone de l’attachement, est déclenchée par un regard, une caresse, et même une pensée ; elle est liée à la confiance. La dopamine est le neuromédiateur du plaisir et de la récompense et les endorphines, enfin, nous plongent dans un état de béatitude. Celles-ci s’associent à une baisse du cortisol, cette hormone, dite du stress, sécrétée pour réagir au danger. Pour le docteur Medina, Il relève notamment que ceux qui ont des rapports sexuels plus fréquents gèrent mieux les situations stressantes, et que la tolérance à la douleur est plus importante de 75 % chez les femmes qui se masturbent régulièrement.

L’orgasme réduit le risque de cancers.

Une équipe australienne a montré, dans une étude menée auprès de 30 000 hommes, que ceux qui éjaculent fréquemment (cinq fois par semaine en moyenne) diminuent d’un tiers leur risque de développer un cancer de la prostate car l’éjaculation permet d’évacuer certains radicaux libres cancérigènes. La précieuse ocytocine, toujours elle, générée par la stimulation des mamelons et l’orgasme notamment, aurait également un effet protecteur contre le cancer du sein. En tout état de cause, une vie sexuelle épanouie favoriserait le dépistage de ce cancer, « du fait d’un palper fréquent du partenaire »

Faire l’amour fait paraître cinq à sept ans de moins que son âge.

Un neuropsychologue écossais a interrogé pendant dix ans 3 500 hommes et femmes et observé que ceux qui font plus jeunes que leur âge ont une vie sexuelle plus active que les autres. Il en a conclu que « faire l’amour trois fois par semaine vous fait paraître cinq à sept ans plus jeune “.

Votre avis sur cet article