FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
Société

Lauren Muntu, son plaidoyer en faveur des enfants et des femmes défavorisés

Femme entreprenante résolument engagée dans l’humanisme développant un intérêt particulier vis-à-vis des femmes et des enfants en situation précaire, Lauren Muntu Kintadi, coordonatrice de l’Union des Cœurs Compatissants « UCCOM », parle de son ONG et des objectifs qu’elle s’est assignée pour assurer le bien-être social de ses compatriotes.        

Femme d’Afrique Magazine : pouvez-Vous vous présenter a l’intention de nos lectrices ?

Lauren Muntu Kintadi : Je suis Madame Lauren Muntu Kintadi, mariée à Monsieur Alain Limbaya, mère de quatre enfants dont trois filles et un garçon. Initiatrice de l’ONG Union des Cœurs Compatissants « UCCOM » en sigle, ayant son siège à Goma dans la Province du Nord-Kivu.

FAM : Parlez-nous de votre ONG UCCOM, quels sont vos objectifs et qu’attendre la communauté locale  de Goma de votre action ?

LMK : Crée le 20 avril 2018 à Goma, l’Union des Cœurs Compatissants « UCCOM »en sigle est une association sans but lucratif, unis autour des hommes et des femmes, poussés par un idéal commun et ayant des ambitions civiques et solidaires  d’humanisme et de développement. Chacun d’eux se donne à fond et use de la bonne volonté liée par un cœur compatissant pour venir en aide aux personnes en difficultés. Sont particulièrement ciblés, les enfants orphelins démunis, les enfants de la rue victimes de dysfonctionnement des ménages, les femmes endurant les violences domestiques et autre formes de violences basées sur le genre. Nos objectifs étant de contribuer à l’amélioration des conditions socio-économiques des enfants et des femmes vivant dans des situations difficiles, la communauté locale de Goma peut attendre d’UCCOM un environnement propice où les enfants et les femmes défavorisés développent leurs potentiels et jouissent de leurs droits au travers de nos six programmes liés à l’éducation, la santé, l’environnement, l’autonomisation de la femme, la paix, la culture et, enfin, la protection.

FAM : Qu’avez-vous déjà réalisé comme actions sociales en tant qu’ONG en faveur des habitants de Goma ?

LMK : Plusieurs enfants et femmes de la ville de Goma et du village Kiziba dans le territoire de Nyirangongo ont déjà bénéficié de nos réalisations :

  • 98 enfants ont reçu  l’appui en kit scolaire à la rentrée scolaire 2018-2019,
  • 20 enfants ont été appuyés en  frais scolaires au cours de l’année scolaire 2018-2019,
  • 250 enfants ont été encadrés à travers les activités de noël organisées en date du 27 décembre 2018,
  • 92 ménages ont été appuyés en activités agricoles (semences et outils) pour leur autonomisation durant la période allant du novembre 2018 à mars 2019.
  • 50 ménages reçoivent les non-vivres chaque fin de trimestre depuis août 2018.

FAM : A quel genre des difficultés vous butez-vous souvent dans l’exercice de vos activités ?

LMK : Manque de financement, équipements logique non adaptés, et sécurité très volatile pour nos agents de terrain.

FAM : Est-ce facile pour une femme d’évoluer dans un secteur social aussi exigeant qui requiert d’importants financements ?

LMK : Ce n’est pas facile mais pas non plus impossible car là où il y a une vision claire avec des objectifs bien tracés, accompagnés des ambitions et déterminations, il y a toujours une voie de sortie.

FAM : Quels sont vos partenaires ?

LMK : UCCOM n’a jusque-là aucun contrat de partenariat signé, mais nos activités sont soutenues par des personnes physiques et morales de bonne fois dont les membres effectifs, les organisations comme SAVE THE CHILDREN et l’ECC.

FAM : Qu’entrevoyez-vous dans les prochains mois en termes de projets à court moyen et long terme ?

LMK : A court terme, nous voulons : trouver des organisations qui vont accepter de signer les contrats de partenariat avec nous ; doubler le nombre d’enfants bénéficiaires en kits scolaires, soit de 98 à 186 à l’ouverture de l’année scolaire 2019-2020 ; aller jusqu’à cent enfants appuyés en frais scolaires pour l’année 2019-2020 au lieu de vingt soutenus en 2018-2019 ; accélérer le processus de détraumatisation des enfants. A moyen terme, nous voulons construire nos propres espaces des jeux et de divertissements pour les enfants et créer une Association Villageoise d’Epargne et de Crédit) pour les femmes (AVEC en sigle).  A long terme, nous souhaitons avoir un orphelinat construit et bâtir des écoles pour booster l’éducation de nos enfants

FAM : Un mot de la fin…

Tout en sollicitant l’aide et l’appui de tous, l’association Union des Cœurs Compatissants remercie l’ensemble de ses partenaires avec lesquels elle s’engage dans une démarche de responsabilité sociale pour contribuer à réduire durablement les inégalités dans le but d’accéder à un environnement où les enfants et les femmes défavorisés développent leurs potentiels et jouissent de leurs droits. Enfin, nous appelons toutes les personnes ayant un cœur compatissant à venir soutenir cette grande vision en vue de nous permettre d’atteindre les objectifs fixés pour le bien-être social.

Avatar
L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article