FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
Entrepreneuriat

La troisième édition du forum « Les Héroïnes » a tenu ses promesses

Après Dakar (Sénégal) et Abidjan (côte d’Ivoire), le rendez-vous de leaders de demain appelé « les Héroïnes », a eu lieu le 10 décembre dernier à Pullman Hôtel à Kinshasa avec comme thème « Affirmez l’engagement de votre entreprise en faveur du leadership féminin ». Ce forum organisé par le Groupe jeune Afrique en collaboration avec le groupe Adiac, a réuni plus 200 femmes cadres à fort potentiel et entrepreneures pour une journée de formation, d’échanges et de partage d’expérience.

Une journée marquée également par la signature par Mr Didier Tilman (directeur commercial et membre du Comité de direction de la Rawbank) de la Charte de la diversité du genre de l’AFRICA CEO FORUM. Parmi les personnalités au cœur des échanges et des débats ont figuré : Marlene Ngoyi (administratrice-directrice de BGFIBANK), Marcelline Kaozi (Fondatrice de MKF consulting), Eliane Munkeni, (Vice-présidente Nationale de la fédération des Entreprises du Congo), Mireille Kabamba (directrice de Canal + RDC) et Françoise Kielende (Fondatrice, F.Thabita Business).

Les Héroïnes

Selon les statistiques publiées par la Banque mondiale en 2018, il y a environ 24% de femmes qui siègent au conseil d’administration des entreprises en RDC. Des chiffres qui démontrent encore une faible représentativité des femmes dans les instances décisionnelles. Yves Biyah (Directeur Général adjoint de Jeune Afrique group) a circonscrit les objectifs de son entreprise dont celui d’engager les dirigeants des entreprises africaines sur quatre principes : pas de discrimination à l’embauche (les femmes doivent jouir des mêmes droits que les hommes) ; pas de discrimination en termes de rémunération ; viser les 50 % des femmes dans le comité exécutifs et 50% des femmes aux Conseils d’administration.

Pour Didier Tilman, le programme « Lady’s First » constitue un apport majeur de sa banque dans l’entrepreneuriat, un programme lancé avec le soutien de la Banque Mondiale.

«  Il est vrai que beaucoup de ces femmes n’ont pas toujours un bagage académique qui leur permet d’aller voir un banquier, demander un crédit, faire un business plan ou présenter une comptabilité. Pour cela, nous avons dû investir et former des milliers des femmes sur toute l’étendue de la RDC »

, a affirmé Didier Tilman.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article