FDA Magazine
Actualité

La gestion de l’eau et des ressources naturelles au cœur du débat

La journée du 28 septembre 2021 au cercle Elais de Kinshasa était marquée par la tenue de l’atelier national de sensibilisation des décideurs de la RDC, organisé par la Commission Internationale du bassin Congo-Oubangui-Sangha(CICOS), Chef de file du Consortium en Afrique centrale pour la mise en œuvre du Programme continental GMES& Africa, sous le thème: «  Gestion de l’eau et des ressources naturelles ».

Cet atelier qui a réuni une trentaine des participants s’inscrit dans le cadre de résultats portant sur la sensibilisation et le renforcement des capacités des décideurs et des parties prenantes, constitue une étape capitale dans la mise en œuvre de GMES & Africa. Ce projet est une initiative conjointe entre l’Union Européenne et l’Union Africaine, sous la gestion de la commission de l’Union Africaine à travers le Département des Ressources Humaines, sciences et Technologie.

Le Programme GMES & Africa qui a démarré ses activités depuis 2018, vise à promouvoir le développement des capacités et des ressources institutionnelles, humaines et techniques pour l’accès à l’utilisation des services essentiels issus des données d’observation de la Terre comme une base opérationnelle pour le développement durable en Afrique.

Comme objectif spécifique, ce Programme vise à présenter le programme GMES & Africa et son approche scientifique pour l’appropriation par les africains, de la technologie spatiale ; présenter les services et produits développés par la CICOS et ses partenaires sur la thématique « Gestion de l’Eau et des Ressources Naturelles » ; présenter les activités de formation et de renforcement des capacités réalisées par le CREEBac de l’Université de Kinshasa ; présenter les résultats des activités de sensibilisation et du processus de dissémination des résultats auprès des bénéficiaires finaux ; Mettre en place un réseau national de suivi des résultats du projet GMES& Africa en RDC.

Prenant la parole pour lancer officiellement l’ouverture de l’atelier, le Secrétaire général de la CICOS, Mr Georges Gulemvuga, a tout d’abord rappelé que l’initiative du programme GMES&Africa s’inscrit dans le cadre de la stratégie conjointe Afrique-Union Européenne ainsi que les stratégies et politiques spatiales en Afrique, alignées sur l’Aspiration 7 de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Une approche pragmatique en vue de doter le continent africain d’un système d’information puissant s’appuyant sur les données d’observation de la Terre.

Cet atelier qui vise sans doute à amener les décideurs et parties prenantes à prendre conscience de l’intérêt et de la pertinence des services et produits développés par le Consortium, met en exergue les applications pratiques de l’observation de la terre sur le terrain, pour permettre aux participants de prendre des bonnes décisions, dans la mise en œuvre des politiques de gestion de l’eau et des ressources naturelles.

Continuant son allocution, le Secrétaire général de la CICOS a mentionné que l’un des reproches qui est souvent formulé par nos partenaires, à l’égard des résultats de nos projets, c’est la faible appropriation et pérennisation des acquis. C’est pourquoi, a-t-il renchéri, « notre ambition, à travers cet atelier, est non seulement de porter à votre connaissance toutes les réalisations de ce projet, mais aussi, de vous proposer de mettre en place un comité national de suivi en vue d’assurer une durabilité aux résultats obtenus.

Avant de clore ses propos m, Mr Georges Gulemvuga a annoncé que la deuxième phase du programme GMES&Africa, est fortement envisagée et pourra démarrer immédiatement après la clôture de cette première phase.Pour sa part, le représentant du Vice Premier Ministre Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Louis Lungu Mlutshi, a souligné qu’il est question pour la RDC, pour ses décideurs et ses acteurs clés impliqués dans le domaine de la gestion de l’eau et des ressources naturelles, de se pencher sur les résultats obtenus, de les évaluer et d’examiner les voies et moyens de les perpétuer. « Je nous engage donc, au cours de cette journée, à faire preuve de perspicacité en formulant des propositions constructives pouvant permettre une mise en application efficiente des résultats de ce projet », a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « La qualité de l’ordre de jour de nos travaux, la présence effective de tous les acteurs, la qualité des personnalités que vous incarnez et votre expertise sur les questions à examiner, augurent une mise en place du mécanisme de suivi, auquel nous appelle la CICOS et ses partenaires ».

Pour la mise en œuvre du Programme en Afrique Centrale, la CICOS, en partenariat avec cinq structures de la sous-région Afrique centrale (OSFAC,CBLT,CRH,GIE-SCEVN,UNIKIN) a signé une convention de partenariat avec l’Union Africaine, lui donnant accès à la subvention pour la conduite de la thématique « Gestion de l’eau et des ressources naturelles » pour le compte de dix pays de la CEEAC. Il s’agit de la République du Burundi, la République du Cameroun, la République Centrafricaine, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, la République du Gabon, la République de la Guinée Equatoriale, la République du Tchad et la République Démocratique de Sao Tome & Principe.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article