FDA Magazine
Actualité

Kinshasa abritera la troisième édition du FIED

Du 14 au 16 décembre 2021 à Kinshasa, la République Démocratique Congo abritera la troisième édition du Forum International des Femmes entreprenantes et Dynamique en sigle (FIED). Cette annonce a été faite par la présidente de la FIED, Mme Djelika Yeo, au cours d’un point de presse tenu le mardi 26 octobre 2021 au fleuve Congo Hôtel. Cette rencontre a connu la participation non seulement des journalistes, mais aussi, des différentes structures des femmes entrepreneures opérant en République Démocratique du Congo. Et parmi les délégués de provinces, l’on citera, entre autres, la ministre de Genre et sport du Kasaï, Mme Denise Luka qui seconde Mme Jeanne Sabiti à la coordination nationale Fied-RDC.

Prenant la parole, la conseillère du chef de l’Etat en matière du genre, a souligné que le fait que cet évènement se déroule en RDC est un honneur pour le pays, et pour la femme congolaise en particulier parce que cela mettra en avant l’entreprenariat congolais. Mme Chantal Mulop a loué l’accompagnement de son Excellence Mr Félix-Antoine Tshilombo, président de l’Union Africaine et son appui au leadership de la femme à tous les niveaux que ça soit dans l’entreprenariat ou en politique.

Dans le Fied, il y a beaucoup de représentations d’entreprises féminines qui lui sont associées. En RDC existent la PEF qui est la plate-forme entrepreneuriat des Femmes et la Fied qui fait partie de la PEF en RDC.


Pour la présidente Nationale de l’Association des Femmes Chefs d’Entreprise de la RDC et de la PEF (ASSOFEC), la plateforme de l’entrepreneuriat féminins en RDC, Mme Jacqueline Bisimwa Murangaza a souligné que la plateforme a été créée en 2013 parce qu’il fallait regrouper toutes les organisations des femmes qui évoluent dans des secteurs privé et qu’aujourd’hui, la plateforme est un cadre de concertations et d’échanges.

Au niveau international, a-t-elle indiqué, « nous essayons de porter très haut la voix de l’Afrique ». Et d’ajouter : « Depuis 2011, nous avions été élues comme vice-présidente mondiale de l’organisation mondiale des femmes chefs d’entreprises du monde entier. Cette organisation se prénomme FSN et est membre de l’observation des nations Unies qui regroupe toutes les associations nationales au niveau mondial pour aider les femmes à se rassembler et à fédérer leurs actions. Pour Mme Jacqueline, le problème auquel la femme congolaise fait face, c’est la coopération sud- sud.

« Il nous arrive d’importer des produits de l’Europe, de l’Amérique ; malheureusement, les produits que nous importons, nous l’avons juste dans des pays voisins à côté, mais avec Fied, nous avons cette possibilité de mettre en exergue le fait que nous pouvons en même temps échanger avec eux, exporter et importer des produits qui viennent des pays africains. Notre réflexion se situe au niveau des moyens et mécanismes à mettre en place pour ne pas être des dindons de la farce. Beaucoup des pays ont déjà ratifié cette zone pour la libre échange mais ils oublient de mettre en place des normes pour l’application de ces normes », a-t-elle ajouté.

A son tour Mme Jeanne Sabiti Zamunda, représentant pays Field RDC, a précisé que la Fied est une organisation qui permet la création des emplois de qualité. Voilà la raison pour laquelle madame Djalika yéo qui est la présidente fondatrice de Fied au niveau international a mené un combat pour ramener la troisième éditions en RDC.

Madame Farouziya Tarik, vice-présidente chargée de l’organisation a encouragé la femme congolaise tout en l’exhortant qu’avec la Fies, il y aura plusieurs femmes cheffes d’entreprises. D’autant plus que notre présidente a plusieurs sociétés d’export et import et elle se met au-devant des femmes qui sont dans l’agriculture, des femmes qui ont besoin d’autonomisation et d’indépendance.

Clôturant le point de presse, la présidente de la Fied Madame Djelika Yeo, a indiqué que là où la femme est, il y a le bonheur parce que nous sommes une entité, les femmes entreprenantes sont très dynamiques. « Qui dit femme, veut dire femme battante, courageuse et persévérante, c’est pour elle qu’on a créé Fied (Forum internationale de la femme entreprenante et dynamique. La femme peut partir de rien et gagner plus si elle a foi en ce qu’elle a envie de faire et qu’elle y croit ».

Pour elle, le Fied est très important dans l’entrepreneuriat. Il encourage les femmes qui sont parties de rien pour devenir entrepreneures en utilisant leurs talents pour réussir. Nous ne sommes pas pareils, a-t-elle souligné, avant de lâcher ; « toute chacune de nous a quelque chose en elle, dans le sens que si nous nous battons en union et en amour nous aurons des trophées ensemble », dixit Mme Djalika Yeo.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article