FDA Magazine
Actualité

Kasaï :Exploitation et Abus Sexuel ,les femmes leaders de Mweka haussent le ton

Réunies au sein de la Plateforme de femmes de Mweka (PFM),les leaders féminins de ce territoire du Kasaï en RDC s’en vont contre l’exploitation et abus sexuels dont sont victimes leurs pairs et jeunes filles dans la cité.

C’est au travail une campagne lancée depuis en mi-août 2021 « PSEA », entendez protection contre l’exploitation et abus sexuels.

La Plateforme de femmes de Mweka, PFK en sigle, passe le message de sensibilisation dans des églises, radios et autres lieux publics dont l’objectif majeur est de décourager les auteurs de ces actes qui vont à l’encontre des droits de l’homme et sapent la dignité de l’être féminin.

La Présidente du comité d’administration (PCA) de cette synergie fait savoir que la majorité des bourreaux des cas enregistrés entre 2020-2021 sont commis par le s agents des Organisations Non Gouvernementales locales et internationales qui viennent pour assister en Cash et en Intrants qui,venus assister les populations sinistrées des atrocités.

A en croire Madame Charlie SHANGA, Présidente du Conseil d’Administration de cette plateforme qui est en activité de sensibilisation depuis deux semaines, plusieurs cas d’abus sexuels sont enregistrés depuis que les humanitaires ont commencé a fouler leurs pieds à Kakenge et Bakuakenge. Elle ajoute que ces derniers obligent aux filles et femmes mariées de coucher avec eux pour en contre partie obtenir le jeton qui leur donne accès à l’assistance en cash et aux intrants agricoles.

« De suite de ces actes d’abus sexuels les ménages locaux se retrouvent en péril. Plusieurs cas de divorces, grossesses non désirées, inceste, rupture entre fiancés sont enregistrés. Trop c’est trop, nous n’allons pas donner la chance à ces gens de continuer à poser des actes pareils au sein de notre communauté. Avec PSEA, nous allons atteindre presque toutes les mamans et jeunes filles . Notre souhait est devoir tout le monde s’approprier cette lutte . »

La Plateforme de femmes de Kakenge condamne avec la dernière énergie ce genre de pratiques posées par les humanitaires qui abusent avec les jeunes filles et femmes mariées.

Ainsi pour y arriver, trois numéros verts ont été mis à la disposition du public afin de celles qui seront face à ce comportement afin d’appeler gratuitement les 49, 55 et 55 pour être protégé.
Toutes fois, Charlie Changa exhorte les femmes et filles de cette entité, victimes de ces actes, à braver la peur et mettre à nue leurs bourreaux.

 » Nous encourageons les femmes et jeunes filles à dénoncer. Beaucoup sont victimes mais n’arrivent pas à dénoncer, elles arrangent à l’amiable. Nous voulons mettre un terme à cette situation. A tout moment, chères femmes et filles,appelez à ces numéros verts, vous ayez à parler aux responsables des ong pour obtenir votre cash sans livre votre corps » souligne-t-elle au téléphone de femmeafriquemagazine.net

Pour mémoire, la cité de Kakenge à Mueka dans la province du Kasaï a été théâtre des violences xénophobes en 2018 entre les communautés Kuba et Kete suite au conflit foncier. Bakuakenge est une localité frontalière entre les territoires de Mweka au Kasaï et Demba au Kasaï central deux fois victime des atrocités de guerre entre les Kuba et Luba au mois d’août 2020 et Mars 2021.

Jean Claude Ngalamulume Bakamubia

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article