FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
EQUITY – BANQUE_DIGITAL
Société

Journée Internationale de la jeune fille : « Ma voix compte pour bâtir l’avenir »

Le 11 octobre de chaque année, le monde entier célèbre la « Journée de la jeune et petite fille », instituée par les Nations unies en 2011. Sur ce, la ministre d’État, ministre de Genre, famille et enfant, Béatrice Lomeya Atilite, a indiqué que ladite journée a pour objectif d’une part, d’attirer l’attention de toutes les parties prenantes et les acteurs sociaux sur la discrimination dont sont victimes les filles, et d’autre part, de plaider auprès des décideurs politiques, de la société civile, des organisations nationales et communautaires en faveur du respect du droit de la jeune fille.

Concernant l’édition 2020, le thème international retenu est « la voix, l’égalité pour notre avenir ». Au niveau national, le ministère de Genre, famille et enfant a circonscrit la réflexion autour du thème ; « Covid19, fille et garçon derrière les gestes barrières ».

Cependant, il est à noter que cette thématique est conforme aux réalités actuelles auxquelles est confrontée la communauté universelle du fait de la pandémie de la Covid19, a souligné la Patronne du Genre, famille et enfants. Béatrice Lomeya a, par ailleurs, remercié le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Mulumba, pour sa vision qui place les questions de la jeune et petite fille au centre des priorités de son action. La gratuité de l’enseignement de base ayant porté des résultats éloquents et palpables avec, à la clé, une nette tendance de renversement du taux de scolarisation des filles par rapport aux garçons dans les cycles primaires en  fait partie. 

La Patronne du Genre n’a pas manqué de remercier le Premier ministre, Chef du gouvernement, pour son engagement à traduire en acte la volonté politique du Chef de l’Etat par la promotion du droit de la jeune et petite-fille. Cette dernière est, en effet, appelée à œuvrer pour le Développement Durable de de son pays en mettant à contribution son énergie et son intelligence.

Béatrice Lomeya a exhorté toutes les institutions, mais aussi, les familles et communautés locales à œuvrer pour une génération égalitaire où les jeunes filles auront leur place aux côtés des jeunes garçons.

Enfin, la Patronne du Genre a mis un accent particulier sur la déperdition scolaire, le mariage précoce, les grossesses non désirées, le viol ainsi que les avortements clandestins. Des tares qu’elle a dénoncé tout en rappelant qu’il serait bénéfique pour le pays de capitaliser les quelques avancées réalisées quant à la protection de la jeune et petite fille.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article