FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
Banner 2020-2021 – 1
Banner 2020-2021 – 2
Santé

Grossesse : l’alcool et le fœtus ne font pas bon ménage

La grossesse est l’état d’une femme enceinte ou de celle qui porte un bébé en son sein pendant neuf mois. Cependant, durant cette période, toute quantité d’alcool prise passe du sang maternel vers le sang du fœtus et cause des effets néfastes.

Après une étude basée sur des connaissances scientifiques en la matière, votre Magazine arrive à dresser pour vous une liste des dérapages considérables que l’alcool peut causer dans le développement normal du fœtus.

Premièrement, après la prise d’alcool, sa concentration dans le sang du bébé est rapidement plus élevée que dans le sang de sa mère puisque le fœtus n’a pas encore un foie très développée.

Aussi, l’alcool peut entrainer un retard de croissance et des atteintes du système nerveux central. Il peut également causer des malformations dans la formation des organes du bébé.

Un autre risque à signaler est les atteintes cérébrales qui peuvent causer le retard intellectuel tel que les troubles de l’apprentissage, de la mémorisation, de l’attention ou de troubles du comportement qui se manifestent au fur et à mesure de la croissance et du développement psychomoteur de l’enfant.

Il est à noter qu’il n’existe aucune restriction quant aux boissons alcooliques qu’une femme enceinte peut ou ne peut pas prendre. Que ce soit du vin, du rhum, de la vodka, du whisky ou du pastis, toutes contiennent la même molécule appelée « éthanol » qui est dangereuse pour le fœtus.

Alors que ces connaissances scientifiques ne déterminent pas la quantité d’alcool à risque pour l’enfant à naître, il est recommandé aux femmes enceintes, en vertu du principe de précaution, de s’abstenir de toute consommation d’alcool afin de préserver la santé du bébé.

L'auteur

journaliste reporter depuis 2007

Votre avis sur cet article