FDA Magazine
Société

Genre et développement en RDC : Fin des travaux du 4ème sommet du protocole de la SADC

Le 4ème sommet du protocole de la SADC sur le Genre et le développement, dénommé « Voice and Choice » (protocole en action), s’est tenu à Kinshasa du 18 au 19 juillet 2019 en l’hôtel Africana Palace grâce au concours de Genders links, l’alliance pour le protocole de la SADC, représenté par l’Union Congolaise des Femmes de Media.

Plus de cinquante acteurs venus de différentes provinces du pays dont le Kwilu, le Kwango, le Kongo Central, le Haut Katanga, le Nord Kivu, le Kasaï Oriental et la ville-province de Kinshasa ont proposé, devant un jury constitué des professeurs d’université “leurs bonnes pratiques” qui sont des actions et activités menées sur terrain en vue de mettre en œuvre l’un des aspects du protocole.

Ces bonnes pratiques ont été répertoriées dans quatre catégories différentes, à savoir, la jeunesse, les actions menées sur terrain, les médias dans la production des articles sur la santé sexuelle et reproductive, ainsi que les acteurs du changement qui sont des individus, des organisations, des structures engagées dans la mise en oeuvre de ce protocole.

Ces assises ont été ouvertes par la ministre du genre, enfant et famille, Mme Chantal Safou qui, dans son allocution lors de la clôture des activités, a indiqué que ce sommet allait permettre une meilleure évaluation, au niveau national, du processus de mise en application du protocole grâce à la participation des différents ressortissants du pays.

« Ce protocole constitue à ce jour un outil important des plaidoyers des Etats membres auprès de l’opinion nationale et internationale dans la promotion et l’intégration du Genre dans tous les programmes politiques » , a-t-elle renchérit.

Chantal SAFU, ministre du genre

Adopté en 2008, le protocole de la SADC qui compte vingt-huit objectifs dans différents domaines dont le droit constitutionnel, la gouvernance, l’éducation, la santé, les médias, le Genre et le développement et autres avait, pour première échéance, l’année 2015. Après évaluation, les Etats membres se sont accordé une nouvelle échéance, à savoir, 2030. C’est ce nouvel engagement qui mobilise les membres de l’Alliance à travers le mouvement « Voice and choice » dans leur quête de mise en place d’une nouvelle série des sommets en vue d’atteindre cet objectif dans les seize prochaines années.

A l’issue des travaux, deux candidats de chaque catégorie précitée, ont été primés et, par conséquent, sont conviés au sommet régional de la SADC en Afrique du Sud au mois de novembre en vue de représenter la RDC durant la campagne d’activisme contre les violences faites à la femme.

L'auteur

journaliste reporter depuis 2007

Votre avis sur cet article