FDA Magazine
Sport

Football : Salima Mukansanga, première femme arbitre central dans une CAN !

L’un des points positifs de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui vient de se tenir au Cameroun aura été la place accordée à la gent féminine qui s’est exprimée d’une manière particulière à travers ses représentantes. Elles sont trois à avoir été choisies par la Confédération africaine de football (CAF) pour officier la rencontre entre la Guinée et Zimbabwe comptant pour la troisième journée du Groupe B.

C’était la première fois qu’une équipe entièrement féminine arbitre un match de la CAN. Une évolution et une nouveauté sans doute pour cette compétition en quête constante de nouvelles sensations. Sur l’aire de jeu, Salima Mukansanga en tant qu’arbitre central, se devait de donner le maximum d’elle-même pour justifier le choix porté sur elle. Heureusement qu’elle a su tirer son épingle de jeu dans un match amplement disputé qui a vu le Zimbabwe prendre le dessus sur son adversaire du jour (2-1). La Camerounaise Carine Atemzabong ainsi que les marocaines Fatiha Jermoumi et Bouchra Karboubi l’ont assisté dans ce qui avait tout l’air d’un challenge personnel.

Effectivement, la rwandaise Salima Mukansanga venait de franchir un nouveau palier dans sa jeune carrière d’arbitre. Agée de trente-cinq ans, elle séduit par ses connaissances sur le football et force l’admiration. C’est non sans raison qu’elle a été sélectionnée parmi les 24 arbitres centraux désignés par la CAF pour l’édition 2021 de la CAN. Parlant d’elle, le directeur de l’arbitrage de la CAF, Eddy Maillet, n’a pas eu froid aux yeux en la présentant comme faisant partie des meilleurs arbitres du continent.

Et pourtant, rien au départ, ne prédisposait cette jeune dame à exceller dans l’arbitrage du football tant féminin que masculin, elle qui avait plutôt un penchant pour le basketball. Vu que l’accès aux infrastructures et aux entraîneurs de basket-ball était difficile, elle s’est orientée vers l’arbitrage du football et a obtenu en 2008 son premier certificat d’arbitrage.

En 2012, elle devient arbitre professionnel et prit son envol en participant, en tant qu’assistante, à diverses rencontres et aux matches de sélection sur le continent. Elle a été présente à la Coupe du monde féminine des moins de 17 ans, en Uruguay, en 2018 et aux jeux des jeux olympiques 2021 à Tokyo.

La CAN 2021 qui vient de se dérouler au Cameroun aura donc bonifié l’image de la jeune rwandaise dont la carrière vient de prendre un nouvel élan. Qui dit mieux ?

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, Fondatrice du Magazine Femme d'Afrique.

2 Commentaires

  1. C’est une une belle initiative qui encourage le la parité sur le plan footballistique.bravo à Salima qui a fait préuve de sa compétence.

Votre avis sur cet article