FDA Magazine
Culture

Eric Impion Ibani : « Il est temps de définir ce que nous sommes ainsi que notre héritage commun »

Du 1er au 3 Décembre 2021, la salle de conférence du Ministère des affaires étrangères abritera la deuxième conférence sur le tourisme mémorial en République Démocratique du Congo sous thème « héritage de la traite négrière en Afrique centrale, quel plan d’action pour sa valorisation ? ». Cette conférence sera axée sur la traite négrière d’esclaves d’Afrique déportés en Amérique. Sur ce, le jeune entrepreneur Eric Impion Ibani retrace, dans cette brève interview accordée à Femme d’Afrique, les bénéfices de cette conférence en RDC.

Femme d’Afrique Magazine : Qui est Eric Impion Ibani ?

Eric Impion Ibani : Je suis congolais vivant aux Etats-Unies d’Amérique depuis plus de dix ans, je suis entrepreneur. A part CEO de ALCH, je dirige aussi une fondation « Eric Impion Foundation » qui est une asbl d’utilité publique de droit américain et congolais. Concrètement, elle opère aux Etats Unies avec un bureau, à Cleveland mais aussi avec un bureau à Kinshasa pour toutes nos opérations en Afrique.

Pourquoi comptez-vous organiser cette deuxième conférence sur la traite négrière ?

Nous comptons, en effet, organiser cette deuxième conférence sur le tourisme mémorial en République Démocratique du Congo sous le thème « Héritage de la traite négrière en Afrique Centrale, quel plan d’action pour sa valorisation ? ». Nous voulons le faire parce que nous avons fait un travail depuis un long moment et donc, cela va au-delà du débat que nous avons lancé lors de nos premières assises. Au-delà du plaidoyer que nous avons fait pour que l’Etat congolais relance ou lance les travaux de valorisation des sites mémoriaux à travers le pays, il nous faut aujourd’hui nous mettre ensemble pour que nous puissions décider ensemble de ce que nous voulons réellement faire de cette portion de notre histoire. Ces assises sont des moments d’importance capitale parce qu’ensemble, nous allons définir la vision, qu’est-ce que nous voulons faire de ce que nous sommes et de notre héritage.

Pourquoi les américains doivent-ils venir en RDC ?

Il est important de comprendre que 45% à 60% d’esclaves déportés d’Afrique viennent de la région de l’Afrique centrale notamment de la RDC. Que vous alliez aux USA, au Canada, que vous alliez en Amérique Latine, que vous alliez au Moyen Orient, les traces du Congo sont permanents partout et donc il est important pour nous de créer ce cadre pour que ces 200 millions de personnes d’ascendance africaine qui existent dans le monde, aient un endroit où ils peuvent venir se recueillir, consulter l’histoire et combler le vide identitaire que plusieurs ont.

Qui sont les invités à cette conférence ?

Les hommes de science quelle que soit leur filière. Nous ouvrons des portes aux étudiants, aux professionnels du tourisme etc. Nous invitons tous ceux qui travaillent dans le domaine du patrimoine, de la préservation du patrimoine. Nous invitons les curieux, les hommes, les acteurs sociaux, nous invitons tout le monde parce qu’il est important que tout congolais apprenne son histoire. En apprenant son histoire, il saura ce qu’il est. La porte est grandement ouverte.

L'auteur

Christelle Mpongo, Éditrice Général, fondatrice du magazine Femme d'Afrique.

Votre avis sur cet article