FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
EQUITY – BANQUE_DIGITAL
Interview

Créatrice d’accessoires de mode : Emmanuela Rumya : «Je ne suis pas encore là où je veux être »

Emmanuela Rumya est une jeune demoiselle, étudiante de première année de licence en science de l’environnement à l’Université de Kinshasa (Unikin). Elle a créé une marque d’accessoires présentée au public à la faveur d’une exposition et vente de produit local made in Congo organisée au Parking de l’ex-alimentation Expresse nommée « Wenze mabele ». Votre magazine, Femme d’Afrique, s’est fait le plaisir d’interviewer cette dame exceptionnelle qui livre ici, les contours de son initiative.

D’où vous est venue l’idée de lancer une marque d’accessoires ?

J’ai réfléchi. Généralement. A part être environnementaliste j’aime faire les bricolages des colliers, de boucle d’oreille etc. Avant, je le faisais juste pour m’amuser. Actuellement, je veux que ça soit une marque que je peux vendre pas seulement dans le pays mais aussi au niveau international.

Comment vous sentez-vous entre l’environnement et les œuvres d’arts…

L’environnement est un milieu qui est multisectoriel, dans le sens où toutes les activités que je fais sont connectées ou liées directement à l’environnement. Le matériel que j’utilise (noix de coco, noix de palme, os de vache etc), tout cela c’est de l’environnement parce que, finalement, ce qu’on vise dans notre métier, c’est le bien des êtres humains.

Où avez-vous appris à faire les colliers ?

Je l’ai appris à plusieurs endroits, parce que je m’asseye parfois avec des artistes, et en même temps, j’observe comment ils travaillent ? D’autres sur internet que je découvre leur méthode de travail. L’orque j’étais encore petite, je m’amusais à faire de bracelet. Donc, je peux dire aussi que tout est venu de là.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

Le manque de matériels d’autant plus que, moi, je cherche souvent de perles rares et de pierres rares.

Quel est la particularité de votre marque ?

Tout d’abord, ma marque prouve à suffisance que les femmes peuvent être belles avec des accessoires fabriqués localement. 90 % de mes colliers dont destinés à la gent féminine, du Congo et d’ailleurs.

Où se trouve votre atelier ?

Pour le moment, mon atelier est mobile, ça se trouve un peu partout. Lorsque je me déplace, je vais avec mon sac au dos. J’amène mes articles partout.

Quelle sont les avantages qu’apporte Wenze mabele ?

Wenze mabele m’a élargi le contact et augmenté la vente aussi. Même si parfois elle est de fois timide et active, j’arrive à vendre parfois 10 articles par jours, les gens apprécient ma marque et d’autres me félicitent ; mais actuellement, ça ne me fait rien parce que je ne suis pas encore là où je veux être. Je suis patiente, ça va y arriver. Si j’ai envie d’une chose, c’est un fournisseur en matériels dont j’ai besoin.

Avez-vous des projets d’avenir ?

Oui, j’ai envie d’élargir le projet, engager d’autres personnes, faire asseoir ma marque et la faire peut être une marque internationale, la vendre à l’instar des chinois nous amènent leurs produits.

Nawesi Jackson ( Stagiaire Ifasic G3)

Votre avis sur cet article