FDA Magazine
Your Ads here – Top bar
EQUITY – BANQUE_DIGITAL
Culture

Brassage culturel entre centrafricains et congolais à travers de la musique

L’Association pour le développement social et la sauvegarde de l’environnement a servi de cadre, le jeudi 08 octobre 2020, au festival « Songo Event’s » lequel a été placé sous le thème : « Recherche et consolidation de la paix en ce temps de covid-19 ».

« Songo Event’s », un rendez-vous de spectacle musical vivant qui tente de renforcer les liens sociaux-culturels entre le peuple centrafricain et Congolais, d’ouvrer dans une symbiose conviviale à la recherche et à la sauvegarde de la paix entre ces deux peuples Bantous, de renforcer l’engagement des acteurs culturels de ces deux pays limitrophes dans la lutte pour la cohésion sociale et la consolidation de la paix dans leurs pays respectifs. Il s’agit de redorer, à travers la musique, la relation de bon voisinage entre ces deux pays d’Afrique centrale condamnés à vivre l’un à côté de l’autre.

L’initiative est d’un jeune centrafricain résidant en RDC, ARNOLD ESATIS NGBAGALET, mieux connu sous le nom de Blaaz ESATIS Lebon. Malgré son statut de réfugié, le jeune-homme se considère, depuis un laps de temps, à la fois comme un entrepreneur et promoteur culturel.  Il est, en réalité, un artiste slameur, président de l’Asbl « Force dans le geste » et Directeur artistique du festival  « Slam Ailleurs ». Le spectacle s’est tenu en tenant compte des mesures de sécurité sanitaire édictées par le gouvernement congolais.

Pour ce spectacle, la RCA a été représentée par les artistes de la nouvelle génération musicale centrafricaine à savoir : le chanteur LOSSEBA NGOUTIWA, résidant à Bangui, le jeune rappeur franco-centrafricain LIL french MOD SMOKE résidant en UGANDA et le Slameur ESASTI Lebon, promoteur de l’événement. Du côté de la RDC, les chanteurs INNOS’B, CELINE BANZA, lauréate du concours Prix découvertes RFI 2019 et du collectif des slameurs de Kinshasa.

Le spectacle « Songo Event’s » va prochainement s’étendre dans les toutes les provinces de la RDC pour renforcer les liens entre les personnes déplacées, les réfugiés et les autochtones. L’objectif visé par ce jeune réfugié centrafricain panafricaniste se décline en ces termes :

  • Rechercher et sauvegarder la paix entre les peuples d’Afrique centrale par le biais de l’art et de la culture.
  • lutter contre la recrudescence de la violence sous toutes ses formes en cette période de la pandémie de la Covid-19.
  • Recommander le tissu social déchiré tant en RCA qu’en RDC par la musique,
  • S’inspirer de l’expérience due à l’engagement citoyen des artistes congolais lors des échanges électoraux de 2018 en RDC afin de la mettre en pratique en RCA lors des échanges électoraux à venir,
  • Redorer à travers la musique, la relation de bon voisinage entre le peuple centrafricain et congolais.

L’idée de créer cette activité est venue de l’apparition de la Covid-19 sur le territoire africain. D’où, il a fallu l’implication des artistes du continent dans le processus de la campagne de sensibilisation pour que le peuple africain prenne enfin conscience de l’existence de la maladie. C’est ainsi que l’histoire démontre toujours que la musique est un pont entre les peuples et leurs gouvernements  et que les artistes constituent un trait d’union entre la population et le Pouvoir.

« Aujourd’hui, on parle du brassage entre centrafricains et congolais, mais pourquoi pas demain, parler du brassage culturel entre africains pour apporter les solutions qui secouent le continent africain »

a fait savoir l’artiste ARNOLD ESATIS NGBAGALET, initiateur de l’évènement.

Votre avis sur cet article