FDA Magazine
Gastronomie

« Bitoto », repas typique des Yombe

Dans la culture africaine, le repas est sacré. Chaque bouffe à une signification particulière selon les coutumes et les tributs.
L’alimentation détermine le bien-être d’une personne. « Ce que nous mangeons détermine notre survie », a signifié un nutritionniste. Pour cela nous voyageons au travers la RDC précisément dans la province du Kongo Central où nous vous faisons découvrir un repas délicieux appelé communément « Bitoto », une recette spéciale pour le bien-être de toute la famille.

Il existe plusieurs variantes du plat « Bitoto ». Cette recette choisie pour la circonstance est préparée à l’aide des bananes plantains, pommes de terre ou patates douces avec des poissons fumés ou poissons salées.

Par exemple, pour la recette bananes plantains et poissons fumés, on emploie, comme ingrédients: 6 bananes plantains non mûres, du poisson fumé, une cuillère d’huile végétale, un verre de pâte d’arachide et quatre princées de sel.

Pour la préparation:

  • Éplucher les bananes plantain, les nettoyer à l’eau propre, placer dans une marmite et bouillir jusqu’à la cuisson. Entre temps, laver les poissons fumés à l’eau, les débarrasser des arêtes.
  • Après trente minutes de cuisson, mettre dans la marmite contenant les bananes plantains les ingrédients, les poissons fumés, la pâte d’arachide, l’huile végétale et le sel. Laisser cuire pendant environ 20 minutes sous forte température mais remuer la pâte d’arachide régulièrement.

Notez! À la place des bananes plantains, vous pouvez mettre des pommes de terre ou des patates douces ou des maniocs.
Vous pouvez également remplacer le poisson fumé par la viande de bœuf, de porc, de chèvre ou même du mouton.

Le délicieux repas « Bitoto » nous provient de la culture Yombe, un peuple d’Afrique centrale, établi au Mayombe, au centre de la République démocratique du Congo et au Cabinda en Angola.

Les Yombe appartiennent au grand groupe de Kongo.
Nous vous recommandons ce repas délicieux très riche en calorie.

Naomi Mpila

L'auteur

Votre avis sur cet article